Accueil Bases TVA Factures Règlements Finances Paie Titres Les immo. Bilans Analytique Formation

La dépréciation des titres, stocks et créances


   Les dépréciations ne concernent pas uniquement les immobilisations. A la clôture de l'exercice, le comptable doit également effectuer des travaux d'inventaire concernant les titres, les stocks et les créances clients. Le but est alors de déterminer si la valeur actuelle de ces stocks, titres ou créances est inférieure à la valeur comptable et dans ce cas il faut alors constater une dépréciation.     


Dépréciation des titres


   Les titres sont entrés dans le patrimoine de l'entreprise à leur coût d'acquisition.

A la clôture de l'exercice, il faut déterminer la valeur actuelle de ces titres. Si elle est inférieure à la valeur comptable, il faut comptabiliser une dépréciation :

- par le débit du compte 6866. Dotations aux dépréciations des éléments financiers.

- par le crédit du compte 296. Dépréciation des titres de participation ou 297. Dépréciation des titres immobilisés ou 590. Dépréciation des valeurs mobilières de placement.



Dépréciation des stocks


   Le stock initial étant annulé à la clôture de l'exercice, il faut reprendre la dépréciation sur celui-ci (si une dépréciation a été passée) en  :

- débitant le compte 39. Provisions pour dépréciation des stocks et en-cours.

- créditant le compte 78173. Reprise sur dépréciations de stocks.


   Il faut ensuite déterminer la valeur actuelle du stock final. Si celle-ci est inférieure à la valeur comptable du stock final, il fait alors constater une dépréciation en :

- débitant le compte 68173. Dotations aux dépréciations des stocks.

- créditant le compte 39. Provisions pour dépréciation des stocks et en-cours.



   Il existe différentes techniques pour déterminer la valeur actuelle des stocks ou des titres. Le plus simple est de se reporter aux prix du marché afin de déterminer cette valeur.

   Si la valeur actuelle est supérieure à la valeur comptable, aucune opération comptable ne doit être passée en application du principe de prudence.