Accueil Bases TVA Factures Règlements Finances Paie Titres Les immo. Bilans Analytique Formation

La dépréciation des immobilisations


   A la clôture de l'exercice comptable, la valeur d'inventaire d'une immobilisation doit correspondre à sa valeur actuelle.

   Pour déterminer la valeur actuelle d'une immobilisation, il faut procéder à un test de dépréciation en fonction de la valeur vénale ou de la valeur d'usage de l'immobilisation.

   La valeur vénale est le montant qui pourrait être obtenu, à la date de clôture, de la vente d'un actif lors d'une transaction conclue à des conditions normales de marché, net des coûts de sortie.

  La valeur d'usage d'un actif est la valeur des avantages économiques futurs attendus de son utilisation et de sa sortie.

    S'il y a une différence entre la valeur actuelle et la valeur comptable de l'immobilisation, il faut alors constater ou reprendre une dépréciation.

     Une dépréciation n'est jamais définitive et peut-être recalculer à la clôture des exercices suivants.


Exemple : une entreprise a acquis il y a deux ans un terrain pour une valeur de 50 000 euros. Cependant, suite à une inondation, la valeur du terrain au 31/12/N est estimée à 40 000 euros par un expert. Il faut donc constater une dépréciation de 10 000 euros (50 0000 - 40 000) en passant les écritures suivantes :

- débiter le compte 68162. Dotations aux provisions pour dépréciation des immobilisations corporelles pour 10 000 euros.

- créditer le compte 2911. Dépréciations des terrains pour 10 000 euros.


   Un compte de dépréciation est obtenu en ajoutant un 9 en deuxième position au compte d'immobilisation.

    Par exemple pour le compte 213. Constructions, le compte de dépréciation sera 2913. Dépréciations des constructions.


    Il est rare dans la pratique de constater une dépréciation. Il faut des événements exceptionnelles comme une catastrophe (incendie, etc.) ou un changement important des prix du marché pour justifier une dépréciation.

    Déterminer la valeur actuelle d'une immobilisation est un exercice difficile et délicat qui nécessitera l'intervention du comptable mais également des autres services de l'entreprise qui utilisent cette immobilisation.

      Si la dépréciation concerne une immobilisation amortissable, il faudra également recalculer le plan d'amortissement.